create a web page for free

à propos



 

" De la trace qu'un corps laisse dans l'air
et de la roche immuable qui s'élance dans le ciel

Sculptant l'air comme le son sculpte le silence
suspend le temps et ouvre à l'indicible "




au grée de ses pérégrinations, pierre fourré s’est nourri de poétique française et de rigueur italienne. compositeur sincère et exigeant, il cherche dans la poétique de la matière et dans le souvenir de la mélodie, ce que le silence a à nous dire.

après avoir pratiqué les percussions classique, jazz, mandingue et afro-cubaine puis un passage au conservatoire national supérieur de musique et de danse de paris, où il étudie principalement la composition instrumentale et électroacoustique, ainsi que l'analyse, l'orchestration, l'histoire de la musique, le contrepoint médiéval et la direction, il affirme sa quête d'une musique à la frontière des mondes, nourrie par ses expériences dans les sphères du jazz, du hip-hop et de la fusion 

ayant à coeur d'échanger avec les musiciens de sa génération, il a travaillé avec nombre d'entre eux, comme Clara Baget sur « Reflet d’ombre », Noé Nillni sur « Là où les murs s’effondrent », Ninon Hannecart-Ségal et Charles Heisser sur « D’un visage de terre », Kyrian Freidenberg sur « Sous le miroir de lumière » avec Ayaka Matsuda également sur « Jeu d’été », ou encore Tristan Pereira pour « Fureur du chariot céleste ».
Il a également été joué par l'ensemble interContemporain et l'ensemble Aleph

il a reçu un prix de la Sacem pour sa pièce "Reflet d'ombre" en 2018, ainsi que le soutient du fonds Tarrazi, du fonds Carasso, du mécénat Société Générale, et du legs Jabès durant ses études.